23 Oct 2017

Après quatre ans d'intervention Imprimer Envoyer

Cette quatrième année de fonctionnement a été marquée par l’intégration de notre service au sein de l’a.s.b.l. « Siloé » de Châtelet. Cette première année de collaboration s’est déroulée de manière positive pour les deux parties. Nous n’avons pas rencontré d’obstacle majeur et l’ensemble des contacts se sont effectués de façon naturelle. Les deux structures ont pu se rencontrer au travers d’une visée philosophique et d’une culture d’entreprise assez semblables ce qui a facilité les échanges qu’ils soient informels ou au sein de lieux de concertation plus formels. De plus, le fait que le projet d’Intervention Intensive en Famille, « le Ricochet », ait lieu aussi intégré le giron de « Siloé », nous a permis de maintenir un lien étroit avec équipe remplissant les même missions que les nôtres.

Le constat principal de cette dernière année est l’importance du travail en réseau et les bénéfices de telles collaborations pour les familles. En effet, le tissage d’un filet social permet la construction d’un travail cohérent et porteur de sens pour les bénéficiaires. La continuité dans l’aide proposée est un atout majeur pour la réussite d’un projet de vie à long terme. Nous regrettons souvent qu’il y ait de nombreuses ruptures dans la prise en charge des enfants. En effet, les familles oscillent souvent entre des moments d’accompagnement mobilisateurs et des moments où elles sont laissées livrées à elles-mêmes dans l’attente d’un Xième service. Notre rythme de travail, alliant présence intensive et court terme (3 mois), met d’autant plus cet aspect en exergue. À un niveau plus macro, nous nous questionnons sur la place que nous avons occupé dans le parcours d’un jeune en difficulté au sein de l’Aide à la Jeunesse, quel impact réel nos missions peuvent-elles avoir sur une famille, etc. Nous regrettons qu’il n’y ait pas encore eu d’évaluation au niveau du plan global de lutte contre la maltraitance et au niveau de notre place au sein des Services de l’Aide à la Jeunesse, afin que nous puissions ajuster notre manière de fonctionner en tenant compte de ces informations.

Au niveau sociétal, nous sommes interpellés par la question du logement. Nous faisons trois constats. Tout d’abord, le manque criant de logements sociaux ou à loyer abordable. Ensuite, le nombre important de déménagements des familles sur peu de temps, pour des raisons d’inadéquation de leur logement par rapport à leur situation familiale, financière, etc. Enfin, nous sommes de plus en plus témoins de lieux « de vie » inacceptables de par leur état de salubrité et nous restons frustrés de ne pas pouvoir apporter de solution acceptable pour ces enfants qui vivent dans des conditions indignes.